top of page



SKELETON, MITSUKO MIWA

FEBRUARY 29 - APRIL 28, 2024

GALERIE GRETA MEERT





Rue du Canal

à travers les grandes vitres

du rez-de-chaussée

voir ces trois tableaux


Être attirée par leurs teintes

avec un plaisir similaire

à celui ressenti en Italie

devant les vitrines de luxe

et leur jouissive combinaisons de couleurs


La dominante

est un vert-jaune clair

avec un très léger effet bleuté

sur lequel se détache un

marron foncé aux reflets caramel

vernis translucide











La galerie fait le lien avec

les couleurs de Magritte

mais je reste en Italie


avec en arrière plan

le calme d'un paysage

Haute Renaissance


sur lequel se présente

un meuble ancien

à trois étagères

sans panneau arrière


dans ma tête ce meuble

est plutôt de taille moyenne

mais là il occupe trois cadres

séparés, au format

162 x 130,3 cm


Les cadres se succèdent

avec les parties du meuble













cadre # 1

milieu du meuble

on voit une ligne du sol

la deuxième et la troisième étagère

cette dernière avec

une multitude de petites colonnes


cadre # 2

bas du meuble

première et deuxième étagère

posé de biais sur un sol marron

genre terre battue

qui occupe la moitié du tableau


cadre # 3

haut du meuble

coupé en son sommet

et étagère avec toutes les colonnades


une recherche internet

sur ce meuble

me donne comme résultat


antique side etagere turned legs


avec un modèle victorien du 19ème

qui a aussi cette particularité

d'avoir la dernière étagère remplie

de colonnes en bois tourné


apparemment conçu

pour y insérer

des carafes en cristal


Cet ensemble de lignes

verticales et horizontales

est rehaussé en sa tranche

par des ajouts caramel translucide


une alternance ombre et lumière

qui crée un effet optique rythmique

non sans rappeler les grilles

de Mondriaan


mais le titre des tableaux

SKELETON en majuscule

nous met sur une autre piste

aussi rythmique


celle des danses macabres du Moyen Âge

sorte de Memento Mori populaire

pour nous rappeler

surtout en cette période de carnaval

notre fin commune et inexorable


et c'est vrai que ces petites colonnes

en bois tourné semblent des phalanges

claquetantes


comme si ces drôles de meubles

que nous lèguent nos grands parents

portaient en eux l'emprunte dansante

de la mort













les trois tableaux sont vendus séparément

c'est dommage



Roshan Di Puppo



Rue du Canal

through the large windows

on the ground floor

I see these three paintings


I'm attracted by their colours

with a pleasure similar

to the one I feel in Italy

in front of luxury shop windows

and their delightful combinations of colours











The dominant

is a light green-yellow

with bluish effects

on which a dark brown appears

with highlights

of translucent caramel varnish


The gallery makes the link with

Magritte's colours

but I remain in Italy


In the background

the calm of a High Renaissance

landscape


against which stands

an antique piece of furniture

with three shelves

with no back panel


In my mind this piece of furniture

is of average size

but here it occupies

three separate frames

162 x 130.3 cm


The frames follow one another

with parts of the furniture












frame #1

middle of the piece

a line can be seen from the floor

the second and third shelves

the latter with

a multitude of small columns


frame #2

bottom of the cabinet

first and second shelves

placed at an angle

on a brown clay floor

which takes up half of the painting


frame #3

top of the piece of furniture

cut off at the top

and shelf with all the colonnades


an internet search

on this piece of furniture

gives me the following result


antique side etagere turned legs


with a 19th century Victorian model

which also has the particularity

to have the last shelf filled

with turned wooden columns


apparently designed

to hold crystal jugs


This set of lines

vertical and horizontal

is enhanced at the edges

by translucent caramel additions


A succession of light and shadow

that creates a rhythmic optical effect

reminiscent of Mondriaan's grids


but the title of the paintings

SKELETON in capitals

puts us on another track

just as rhythmic


that of the Danse Macabre of the Middle Ages

a sort of popular Memento Mori

to remind us

especially at carnival time

of our common and inexorable end


and it's true that these little columns

in turned wood

seem like clattering phalanges


as if these strange pieces of furniture

inherited from our grandparents

carry within them the dancing imprint

of death













the three paintings are sold separately

it's a pity



Roshan Di Puppo

















Comments


bottom of page