top of page

FROM SIGNAL TO DECAY: VOLUME 4, TREVOR MATHISON



SEPTEMBER 7-24, 2023

ARGOS CENTRE FOR AUDIOVISUAL ART

RUE DU CHANTIER 13, 1000 BRUXELLES





Obscurité

mise à part une série de néons jaunes

(bananes?)


Deux grands écrans se font face

huit enceintes sont suspendues

quatre de chaque côté de l'allée

Diffusion de sons et de voix

simultanément ou en cascade











Un lettré afro-francophone commente

Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad

(1899)


Un livre qui oppose

l'efficacité coloniale britannique

en partenariat avec les indigènes

à la brutalité de la colonisation au Congo

comme s'il existait une bonne

et une mauvaise colonisation


Une autre voix lit des passages du livre

grandeur des captains, generals, admirals

qui affrontent la mer et ses mystères

pour découvrir, au clair de lune

des contrées lointaines


Le plafond, avec sa charpente en bois

comme les cales sombres d'un navire

Les néons jaunes

comme autant de tavernes

dans une ville portuaire


Plus loin, une femme décrit ses black fellows

avec leurs corps en sueur

white eyeballs, bones, muscles

energy of movement


En face, une voix d'homme

partage ses souvenirs du Congo

avec ses plantation lucratives

de bananes normales

d'huile de palmes, de papayes

et de bananes plantain

qui ne sont pas des fruits

mais des aliments, comme le manioc

qu'il assimile à nos pommes de terre


Sur l'un des écrans

des vidéos imprécises en noir et blanc

Fragments de patrimoine bruxellois

Saint Michel terrassant le dragon

des vitres où les gouttes de pluie dégoulinent


Un autre écran

Des images de mer et de pluie

qui s'imprègnent des récits précédents

même si on leur tourne physiquement le dos


Mouvement de notre corps

qui se déplace d'une voix à l'autre

Présence aussi d'enregistrement

Ondes diffusent

Strates sonores dans notre tête

alors que nos yeux évoluent

dans la mélancolie des images en noir et blanc


Mûrissement des esprits

mûrissement des bananes

importées du Congo

et entreposées

dans les années soixante

dans le bâtiment qui est devenu

le centre Argos



Roshan Di Puppo





Darkness apart from a series of

(banana) yellow neon lights


Two large screens face each other

Eight speakers are suspended

four on each side of the aisle

broadcasting sounds and voices

simultaneously or in cascade











An Afro-French-speaking scholar

comments Heart of Darkness

by Joseph Conrad

(1899)


The book contrasts

British colonial efficiency

in partnership with the natives

with the brutality of colonization in Congo

as if there was a good and a bad

colonisation


Another voice reads a passage of the book

celebrating the greatness of

captains, generals, admirals

facing the sea and its mysteries

to discover, by moonlight

distant lands


The ceiling with its wooden frame

like the dark holds of a ship

The yellow neon lights

like so many taverns in port towns


A woman talks about her black fellows

with their sweaty bodies

white eyeballs, bones, muscles, energy of movement


Opposite, a man's voice

shares his memories of Congo

with its lucrative plantations of normal bananas

palm oil, papayas, plantains

which are not fruits but foods

like cassava

which he likens to our potatoes


On one of the large screens

black and white videos

Fragments of Brussels' heritage

Saint Michael slaying the dragon

windows where raindrops drip


Another screen

Images of sea and rain

permeated by the stories we've just heard


Our body moving from one voice to another

diffuse sound waves

Acoustic layers while our eyes evolve

in the melancholy

of black and white images


Ripening of the minds

ripening of bananas

imported from Congo

and stored in the sixties

in the building which now houses Argos



Roshan Di Puppo



RÉACTIONS

On retrouve ce dispositif depuis un moment dans toute sorte de pratiques soniques et visuelles. Est-ce que le fait qu'il est question de colonialisme change quelque chose par rapport à d'autres artistes comme Anri Sala? Le titre From Signal to Decay renvoie à la fois à une référence musicale et à un pourrissement. Lorsqu'on joue de la musique sur ordinateur le "signal" est le moment où l'on presse une touche du clavier où percute tout autre type d'émetteur. Le Decay pourrait alors faire écho (littéralement) à l'extinction de ce signal, du son qu'il produit. Mathison a créé une structure intitulée Dubmorphology. La Dub est un dérivé du reggae qui en général utilise à outrance des effets d'écho et de réverbération. Le mix est en général fait live. Exemple : Dangerous Match One La désagrégation du signal sonore est alors plus perceptible car plus lente à se manifester. Comme une banane qui mûrit en Belgique ? Ou une chose qui s'oublie de génération en génération ? Reste l'architecture.











Comments


bottom of page